Oui, africain et gay

10 novembre 2008

Kayode__NigeriaRotimi -  Fani Kayodé

(1955 Lagos, 1989 London)s As an African artist whose work engages issues of diaspora and projects multiple subject positions, Rotimi Fani-Kayode often described himself as an outsider in three distinct ways; within his African family which navigated modern Britain with a traditional spiritual identity, as a gay man in an intolerant black community, and as a black artist in a racist society:

“My identity has been constructed from my own sense of otherness, whether cultural, racial or sexual. The three aspects are not separate within me. Photography is the tool by which I feel most confident in expressing myself. It is photography therefore — Black, African, homosexual photography — which I must use not just as an instrument, but as a weapon if I am to resist attacks on my integrity and, indeed, my existence on my own terms.”

Rotimi Fani-Kayode was born to a prominent Yoruba family in Lagos, Nigeria in 1955. His father—Chief Remi Fani-Kayode—was a respected high priest and notable politician. Indeed the Kayode family was well regarded for their spiritual responsibilities in their hometown of Ife, a sacred city in southwestern Nigeria regarded as the spiritual center of Yoruba culture. But when a military coup and civil war threw Nigeria into turmoil in 1966, Fani-Kayode and his family moved to England and settled in the seaside resort town of Brighton. He continued his education there until the age of twenty-one when he traveled to the United States to further his academic career. While his desire was to study fine arts, he compromised with his parent’s wishes for him and also studied economics. After receiving a B.A. from Georgetown University in Washington D.C. in 1980, Fani-Kayode moved to New York and completed an M.F.A. in fine art and photography at the Pratt Institute in 1983.

It was during his graduate studies that Fani-Kayode began making iconic and dramatic color portrait photographs of himself and other black men, nude or dressed in traditional Yoruba clothing. Such images laid the important formal and critical framework for his later photographic works, which explored issues of race, masculinity, homoeroticism and nationality, often involving a sophisticated and ambiguous mix of African and Western iconography. Upon his return to England after completing his graduate studies in 1983, Fani-Kayode met his partner photographer/filmmaker Alex Hirst, and began an important personal and collaborative relationship. The two moved to London, and Fani- Kayode continued his focus on part-autobiographical and mythical portraits; pursuing the theme of the male black body as a subject of desire.

Although his work is sometimes regarded as similar to the early 1980s work of American photographer Robert Mapplethorpe, in truth Fani-Kayode’s work pushes beyond simple references to gay iconography. Indeed many of his photographs such say as much about postcolonial issues and racism in contemporary British society as they do about gay sexuality. In this regard it is useful to remember that Fani-Kayode’s career span in the 1980s coincided with the years of political leadership by Prime Minister Margaret Thatcher; a conservative tenure that witnessed several race riots in Britain. In response to his personal experience and social environment, in 1987 Fani-Kayode co-founded the London- based organization Autograph, The Association of Black Photographers, a group that remains vibrant and active to this day.

In the same year Fani-Kayode published his first book Black Male/White Male (1987); a collection of photographs comprised of intimate portraits made in the early to the mid-1980s, including an image of American writer Essex Hemphill, and accompanied by text by Hirst. The photographs explored formal aesthetics of color photography in a dynamic manner and also challenged stereotypical views on race, interracial relationships and sexuality. Photographs from this period also recognize the photographer’s own spiritual background as an integral part of this investigation. In Bronze Head (1987) the bust of a Yoruba god, customarily seen as signifying an artist’s spirit, is portrayed in an image of sodomy. In trying to reconcile the notion that the traditions of his Yoruba culture reject homosexuality, Fani-Kayode attempted to create images that rejected profanity and instead provoked contemplation of sexual desire and the act of creation as positive, beautiful concepts.

Another example of Fani-Kayode’s complex postmodern style can be acknowledged in the part-autobiographical image White Bouquet (1987). Here a standing white man presents a bouquet of white flowers to his black lover, who lies on a white chaise lounge. Both men are nude and anonymous; their faces are unseen. The lighting is soft, setting a sensual tone within an ambiguous scene, which points to the powerful rhetoric of much of Fani-Kayode’s work. He presents an intimate moment that can be interpreted several ways, as a homoerotic encounter or a subversive comment on the racial power relationship associated with colonialism. Additionally, in its conceptual reference to Edouard Manet’s painting Olympia (1863), the image highlights the artist’s sophisticated knowledge of European art history. Images from the Communion series (1989) display a similar sensitivity and theoretical subtlety in the treatment of the male nude, in what Kobena Mercer has characterized as an exploration of the relationship between erotic fantasy and ancestral death. Communion is a group photographs that appear to have been a very personal and final collaboration between Fani-Kayode and Hirst, which were never exhibited while they were both alive. Fani-Kayode died from AIDS in 1989; Hirst died from HIV-related illness three years later.

Although his six-year professional career may be regarded as brief, Fani-Kayode’s art-making was intensely personal and politically engaged. The significance of his work was consistently overlooked during his lifetime, probably due in part to the controversial nature of his chosen subject matter, but also because of debate about the authorship of several of his photographs, despite consideration of the genuine spirit of collaboration he and Alex Hirst shared. Discussion of Fani-Kayode’s work in Hall and Sealy’s Different (2001) and the inclusion of his photographs in exhibitions like the 50th Venice Biennale in 2003 point to recently renewed interest in the Nigerian’s work by curators and historians who understand his significant role in having helped shaped various critical discourses in British photography of the late twentieth-century.

See also: History of Photography: the 1980s; Photography in Africa: An Overview; Postmodernism; Representation and Race; Robert Mapplethorpe.

Posté par leonarddigno à 14:24 - Commentaires [97] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 novembre 2008

la communauté gay, invisible et vulnérable

Angola : QcRo5U223855_02La société n’est pas encore prête à accepter les homosexuels



Vivre son homosexualité reste périlleux en Angola, comme dans la plupart des pays africains. Parce que la société les rejette, des homosexuels choisissent le mariage comme couverture mais continuent à avoir des relations avec d’autres hommes. Parfois sans protection...


C’est l’histoire d’un mariage sans limites, avec entre autres une fête au club nautique de l’île de Luanda, la capitale angolaise, et une nuit dans la suite nuptiale d’un hôtel cinq étoiles. La cérémonie a fait les gros titres de tous les journaux angolais. « Honteux ! » pouvait-on lire à la une d’un des magazines hebdomadaires du pays. « Abominable ! » dénonçait un autre journal.

Bruna and Chano, un jeune couple angolais, ont payé le prix lourd en affichant publiquement leur relation homosexuelle. Les deux jeunes hommes se sont rencontrés alors qu’ils habitaient tous les deux dans le quartier de Bês, à Luanda. Après s’être fréquentés pendant trois ans et demi, et bien qu’aucune démarche légale ne fût possible, ils ont décidé d’organiser une cérémonie afin d’officialiser leur relation.

Ainsi, le 6 mai 2005, Aleksander Gregório (Chano), âgé de 21 ans, et Bruno*, âgé de 23 ans et plus connu sous le nom de Bruna, ont signé une lettre d’engagement en présence d’un notaire à la retraite.

Tous les moindres détails de la cérémonie ont alimenté les colonnes des journaux et les discussions dans les cafés – le fait que Bruna portait une robe de mariée, la liste des invités et surtout, la sexualité du couple. Les journaux ont utilisé l’adjectif « honteux » pour décrire la relation du jeune couple. Malgré les attaques, Chano et Bruna ont tenu bon et sont toujours ensemble, cinq ans après leur rencontre.

Un amour qui n’ose dire son nom

Selon les résultats d’une étude épidémiologique menée en 2007 par l’Institut national de lutte contre le VIH/SIDA (INLS, en anglais), cinq pour cent des cas de VIH/SIDA en Angola sont enregistrés chez les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes.

Malgré ces chiffres, le sujet demeure tabou. D’après Américo Kwanonoka, anthropologiste, « la société angolaise n’est pas encore prête à accepter les homosexuels ». La culture locale, qui est influencée par le christianisme, prône la continuité et l’expansion de la famille. En conséquence, l’homosexualité est considérée comme un affront aux lois de la nature, a dit Américo Kwanonoka.

Jane Dias, qui est née sous le nom de João Dias il y a 35 ans, a personnellement ressenti les effets d’une telle intolérance. « J’ai été lapidée dans la rue. Je pensais que j’étais l’unique travesti de Viana (un quartier de Luanda) », a-t-elle confié à IRIN/PlusNews.

Edna, une jeune fille de 21 ans qui à la naissance s’appelait Edson*, a abandonné l’école alors qu’elle était en quatrième, car ses camarades la persécutaient. Ainsi, il n’est pas étonnant que peu de personnes en Angola soient prêtes à prendre le risque et parler de leur homosexualité.

« La plupart des personnes qui nous injurient et qui nous jettent des pierres dessus dans la rue sont celles qui viennent frapper à notre porte la nuit tombée », a expliqué Jane Dias.

Le mariage comme couverture

Carlinhos Zassala, psychologue social, a indiqué que de nombreux homosexuels angolais se servaient du mariage comme un moyen d’éviter d’être stigmatisés et qu’une fois mariés, ils continuaient à avoir des relations sans lendemain avec d’autres hommes.

Dans la plupart des cas, lorsque ces individus ont des aventures d’un soir, ils n’utilisent pas de préservatifs.

En Angola, il est couramment admis que seuls les hommes efféminés sont homosexuels. En conséquence, de nombreux individus qui ont des rapports sexuels avec d’autres hommes ne se considèrent pas comme étant homosexuels, a souligné Roberto Campos, responsable à l’ONUSIDA, le Programme commun des Nations Unies sur le sida.

« Si un homme ne se considère pas comme étant gay, les messages sur les rapports sexuels à moindre risque ne l’atteignent pas. Cependant, le fait est que les rapports anaux non protégés présentent de nombreux risques de transmission du virus », a-t-il poursuivi.

Les hommes interrogés par les équipes d’IRIN/PlusNews ont reconnu s’être exposés à maintes reprises à des risques.

Edna a déclaré ne pas aimer utiliser des préservatifs car elle est allergique au lubrifiant. En outre, elle a confié avoir des rapports sexuels non protégés avec son partenaire, qui est marié et père de deux enfants.

Selon Edna, son partenaire a fait un test de dépistage du virus et est séronégatif. Elle s’est, à son tour, fait dépister car elle était persuadée d’avoir été contaminée.

« Il y a quatre mois, je me sentais faible et nauséeuse, j’ai donc décidé de faire un test. Le résultat était négatif, mais on m’a demandé de faire un nouveau test dans trois mois », a-t-elle dit.

Posté par leonarddigno à 04:29 - Commentaires [39] - Permalien [#]

23 septembre 2008

Parce que c'est possible

J'ai toujours pensé que ceux qui s'appuyent sur la Bible pour faire du mal et marginer des autres enfants de Dieux ne sont que des hippocrites. En tant que qui tu ose faire du mal au nom du Seigneur lorsque son principal méssage est la fraternité et la génerosité envers le prochain? Qui es tu pour décider qui est enfant de Dieux et qui non, laisse le jugement a celui qui doit le faire. Et sinon, laisse de te faire voire comme profète de Dieux, parce que nous sommes nés de la même manière, Dieux n'a pas dit que toit etant Hetero tu es meilleur que celui qui est homo, celà s'agit du resultat d' une education basée sur la mechanceté, la haine et le rejet envers celui qui n'entre pas dans les normes que la societé accepte d'une manière totalement conventionnelle. Pense en peu pour quoi des êtres humains sommes si differents entres des differentes cultures? Ce qui est bon entre les chretiens, sembe ne pas être bon chez les musulmans, etc, Cela veut dire que des uns sont des enfants de DIEUX et les autres ne le sont pas? Vont-il aller à l'enfer? Qui es-tu pour le dire? Pour me juger. As tu penser que peut etre le seigneur a créeé des gens si differents pourque la terre soit plus complexe et complète? Bon, je vous laisse ceux video interesant que j'ai trouvé.

http://es.youtube.com/watch?v=c2wN783jBH4

Posté par leonarddigno à 13:38 - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

20 septembre 2008

Sans titre

D’Geyrald, "gay mais avant tout artiste"
L’ex-membre du boy’s band G-Squad poursuit sa carrière solo


D’Geyrald, un des seuls rescapés des boys’band, revient sur le devant de la scène musicale. Ce métis d’origine martiniquaise navigue entre pop, rock, et électro, vit entre Paris et la Nouvelle-Orléans, où il a sa société de production. Aujourd’hui, il nous présente son nouveau single « I’m your man » une histoire d’amour au masculin, et prépare son futur album dont on pourra découvrir les titres lors de son concert, à Paris, le 10 avril prochain. Confidences d’un artiste défenseur de la diversité à Afrik.com.00602498278383_d_gerald___taneo

Posté par leonarddigno à 02:27 - Commentaires [12] - Permalien [#]

Qu'en pensez vous? A jihad for Love

Je vous mes juste une introduction d'une nouvelles que je viens de lire dans Afrik.com Une initiative desirable dans L'afrique Noire. L'islam avance aussi. Qu'attendons nous? Je ne sais pas.

Des homosexuels mènent le jihad au nom de l’amour

Le documentaire de Parvez Sharma dévoile comment des gays et des lesbiennes vivent leur islam

Aimer une personne de son sexe et adorer Allah. Ces deux amours paraissent incompatibles pour nombre de gays et lesbiennes musulmans en raison des interprétations du coran rejetant l’homosexualité. Dans Jihad au nom de l’amour, le réalisateur Parvez Sharma a filmé la souffrance de ces hommes et de ses femmes mais aussi la joie de ceux qui parviennent à concilier leur foi et leur amour. Le documentaire est diffusé jeudi soir sur Arte.

Pour continuer 'a lire:

http://www.afrik.com/article15240.html


<object width="425" height="344"><param name="movie" value="http://www.youtube.com/v/78jUBRio3So&hl=es&fs=1"></param><param name="allowFullScreen" value="true"></param><embed src="http://www.youtube.com/v/78jUBRio3So&hl=es&fs=1" type="application/x-shockwave-flash" allowfullscreen="true" width="425" height="344"></embed></object>

Posté par leonarddigno à 02:18 - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

PUISQUE MA VIE N' EST RIEN, ALORS JE LA VEUX TOUTE

untitled

Mes chers lecteurs, si vous êtes ici c'est peut-etre parceque vous n'y croyiez pas possible d'en trouver quelque chose pareilles. Ce site es créeé avec le seul objectif de faire voir aus homophes d'Afrique que nous existons et que nous sommes entre eux, qu'ils veulent ou pas. Qu'il se rendent compte que le monde avance et il n'ya rien a faire avec ces genres de pensées sur d'autres etre humains. Ah oui, parce que etre africain et gay ne constitue pas une contradiction. S'il vous avec quelque chose a dire, je vous ecoute.

BECAUSE MY KIFE IS SO SHORT, SO I WANT IT ALL

Dear readers, if you are here it's maybe because you wouldn't like to believe that was possible in this kin of website. I created it with the main objective of showing them that Homophobia is destined to desappear in Africa as well as lots of countries, to show them that we do exist, despite they hated it. They must realised that the whole world is going ahead and won't return just beacause they stayed close-minded. Oh, yes, because being african and gay doesn't means a contradiction. If you Would to say something about it, i'm totally open.

Posté par leonarddigno à 01:36 - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , ,